Accueil >  Gamme  >  Essais  > 

Dacia Spring Extreme: la moins chère des électriques évolue

Après deux ans de carrière en France et en Europe, la moins chère des voitures électriques s’équipe désormais d’un moteur plus puissant dans sa version Extreme, tandis que l’ensemble de la gamme bénéficie de quelques améliorations.
Dacia Spring Extreme: la moins chère des électriques évolue
Par le 24/05/2023

En France, la Spring est un énorme succès, probablement plus que ce que pensait Dacia lors de sa commercialisation même si le constructeur ne veut pas l’avouer. Il faut dire aussi que malgré les nombreuses hausses de prix, la Spring reste la voiture électrique la moins chère du marché, tandis que, pour ceux qui peuvent (ou qui ont pu) cumuler les aides comme le bonus écologique (tant qu'elle y a droit...), la prime à la conversion ainsi qu’une prime régionale ou de métropole, cette Spring revient même bien moins chère que toute autre voiture. Un bon plan en somme.

Depuis sa commercialisation en 2021, Dacia annonce ainsi 43 000 immatriculations en France. Elle est actuellement la voiture électrique la plus vendue dans l’hexagone, tandis qu’elle entre même dans le top 10 toute catégorie confondue quasiment à égalité avec la Tesla Model 3.

Assurément, pour ceux qui cherchent une « seconde » voiture économique à l’usage, cette Spring semble être la voiture parfaite, qui en prime, peut aller n’importe où sans restriction.

Nouvelle Dacia Spring 2023 Extreme 65

Pour autant, pour sortir au tarif imbattable de 20 800 € (ou 22 300 € pour cette version Extreme), la Spring a dû faire de nombreuses concessions. Si lors de notre essai il y a 2 ans, nous avions relevé comme un retour dans le passé en termes de prestations, ce nouvel essai dans cette version un peu améliorée nous a permis de nous faire un nouvel avis à son sujet.

Sur la route, un comportement en amélioration

Bien que cette Spring version 2023 n’a subit que peu de modifications, force est de constater que l’ensemble est plus homogène. Dacia a revu les suspensions ainsi que la direction, et cela se ressent nettement. L’impression de flou qui régnait à son volant a disparu, permettant de mieux sentir le bitume. Cette petite Spring aborde les virages avec sérénité, même si les pneumatiques chinois plutôt médiocre vont rapidement alerter sur leurs limites en criant misère si on les malmène, tandis que la caisse va avoir une certaine tendance à glisser. Pour autant, le comportement reste assez sain et en conduite normale, sans trop de risque d’être pris au dépourvu même si on reste bien sur à des années lumières d'une Twingo ou d'une Sandero.

Bien sûr, le confort n’est pas sa priorité, mais cela reste honnête. L’insonorisation est acceptable, surtout à basse vitesse, avec un volume sonore très correct pour un tel véhicule sur lequel l'isolation n'est pas son fort, tandis que les sièges en faux cuir s’avèrent plutôt confortables avec un maintien latéral plutôt pas mal, bien mieux que ceux de notre version d’essai il y a deux ans. Bien sûr, l’assise trop courte va avoir un impact sur les longs trajets. Même chose pour le manque de réglages possibles. Ici, pas de direction réglable en hauteur ou en profondeur. Seul le siège peut s’avancer ou reculer.

Un équipement basique mais finalement suffisant

La version Extreme, comme le reste de la gamme Dacia se positionne au sommet de la gamme. N’attendez cependant rien de superflu. On dispose des équipements de base, et du minimum réglementaire : climatisation manuelle (sans pompe à chaleur), limiteur de vitesse, système de navigation Medianav avec écran de 7’’ avec réplication smartphone et prise USB, connexion Bluetooth, lève-vitres, prise 12V, condamnation centralisée, et cerise sur le gâteau, radar + caméra de recul. On note aussi le limiteur de vitesse devenu obligatoire, dont l’utilité reste toujours à démontrer…

Intérieur, planche de bord Dacia Spring Extreme 65

Cette version EXTREME se distingue physiquement par de petits appendices brun cuivré notamment au niveau des aérateurs, et de tapis de sol spécifiques plus faciles à nettoyer, tandis qu'à l'extérieur, on retrouve ce brun sur les rétroviseurs, et les cabochons de roues.

Pour la recharge, là aussi cette Spring fait simple. Elle dispose de base d’un chargeur AC de 2 à 6,6 kW permettant une recharge complète à domicile sur une prise green up en une nuit (un peu plus de 8h) ou sur une borne dédiée. En option, un chargeur DC en 30 kW pour ceux qui veulent charger sur autoroute est proposé, mais étant donné la vocation de la Spring, une telle option paraît plutôt inutile.

Un nouveau moteur de 65 ch. pour une autonomie quasiment identique

La grosse nouveauté de notre version Extreme est bien sur son nouveau moteur. En réalité, le bloc électrique est assez similaire au précédent. Plus puissant mais disposant de moins de couple (113 Nm contre 145), il tourne cependant beaucoup plus vite (14 700 tr/min vs 8 200 tr/min) grâce au renforcement des roulements et de nouvelles bobines. Le réducteur, qui permet de faire passer la puissance aux roues est quant à lui totalement nouveau. Comparé à l’ancien, il dispose de dents supplémentaires sur les pignons affin d’offrir plus de couple. Ainsi, bien que le moteur soit moins coupleux, l’ensemble bloc électrique – réducteur offre au final plus de couple à la roue même si la fiche technique n’en fait pas mention.

Grâce à son poids plume, équipée de ce nouveau moteur plus puissant, cette Spring n’atteint pas encore les sommets, mais elle offre plus de polyvalence. Si le moteur de 45 ch. se montrait suffisant en ville, en revanche, sur les voies rapides, au-delà de 60/70 km/h, il peinait vite. Avec son nouveau bloc, cette Spring peut désormais aller s’aventurer sur autoroute, même si sa vitesse max. reste limitée à 125 km/h.

Le résultat est plutôt éloquent. Alors qu'avec le moteur de 45 ch. le 0 à 100 km/h était réalisé en un peu plus de 19 secondes, un chiffre que l'on ne voit plus depuis longtemps pour une voiture, il passe désormais à 13,7 secondes, un résultat bien plus conforme pour une voiture moderne.

Malgré son nouveau coeur, cette Spring ne voit pas son autonomie flancher. Grâce à ses batteries inchangées de 26,8 kWh, elle affiche une consommation officielle de 14,5 kW / 100 km. Sans vraiment la brusquer hormis dans la partie plus vallonnée de notre parcours, notre consommation a même été inférieure (11,1 kW / 100 km) se rapprochant ainsi de la consommation officielle en ville. A noter tout de même, que la température extérieure était propre de l’idylle, avec un 26° affiché au thermomètre. Quant à la climatisation, nous l’avons utilisé sur la moitié du parcours.

L’autre bonne nouvelle, c’est que cette motorisation bien plus polyvalente, ne demande actuellement que 200 € de plus. Attention cependant car, le diable se cache dans les détails. Si la version Expression avec le moteur de 45 ch. est affichée 200 € de moins, elle propose cependant gratuitement plusieurs teintes. En version Extreme, seul le blanc est de série. Les autres teintes sont facturées 550 €.

Même chose pour la roue de secours, en série sur la finition Expression, et facturée ici 200 €. Le chargeur rapide 30 kW DC est facturé 600 €, tout comme le câble pour se brancher sur une WallBox à 250 €.

Enfin du côté de la sécurité, la Spring assure le minimum vital, à savoir ce qui est obligatoire. On a donc bien l'ABS, l'ESP, ainsi que deux airbags frontaux. Mais c'est à peu près tout. Ainsi l' EuroNCAP lui donne une pitoyable note de 1 étoile. Mais visiblement dans un pays qui a fait de la sécurité en tout genre l'alpha et l'oméga, les clients n'y semblent pas plus sensibles que cela, en témoigne son succès.

A l’issue de notre test, cette « nouvelle Spring » apparaît bien plus aboutie que les premières versions que nous avions essayé (il s’agissait alors des versions dédiées à la location chez Leclerc qui sont un peu simplifiées) alors que Dacia n’a en réalité pas apporté grand-chose de plus. Mais les légères modifications couplées à ce nouveau moteur, font de cette Spring une électrique plus que recommandable, même si on reste quand même relativement loin des prestations proposées par une Zoé ou une e-208 affichée près de 12 000 € de plus, ou même d’une Twingo à l’autonomie bien moindre.

Fiche Technique Dacia Spring 65 Extrême 2023

Dimensions (longueur / largeur / hauteur) 3,73m / 1,57m / 1,51m
Puissance 65 ch. (48 kW)
Couple 113 Nm
Puissance fiscale 2CV
   
Performances  
0-100 km/h 19,1 secondes
0-50 km/h 5,8 secondes
Batterie  
Technologie Lithium-ion
Capacité utile 26,8 kW
   
Consommation / Autonomie  
Consommation WLTP 14,5 kW / 100 km
Consommation WLTP City 10,3 kW / 100 km
Autonomie annoncée 220 km WLTP (305 en WLTP City)
Consommation relevée (sans climatisation) 11,1 kW
   
Poids 975 kg
Places homologuées 4 places
   
Prix affiché (hors bonus) 22 300 €
Bonus écologique 5 000 €
Date de commercialisation 2023

 

Crédits photos:  Clément Choulot, Adrien Cortesi


  • Largeur 1,579 m
  • Longueur 3,734 m
  • Hauteur 1,516 m
  • Poids 970 Kg
  • Présentation Octobre 2020
  • Commercial. Septembre 2021
  • Prix min. indicatif 16 990 €
  • Prix max. indicatif 18 490 €
  • Type 0cylindres, soupapes
  • Cylindrée éxacte 0 cm3
  • Puissance44ch.
  • Couple 125 Nm à 500 tr/min
  • Injection
  • Type 0cylindres, soupapes
  • Cylindrée éxacte 0 cm3
  • Puissance65ch.
  • Couple 113 Nm à 500 tr/min
  • Injection

Certaines données (couple, régime maxi, puissance, à +/- 5ch) peuvent varier selon la boîte de vitesse, et version du moteur.

Aucun document n'est disponible

Version Desktop - 1622-1639-11433-planetedacia-amp0-device-955797873