Accueil >  Gamme  >  Gamme  > 

Les ambitions folles de Dacia d'ici 2030

Dacia a de solides ambitions pour les années à venir. La marque roumaine veut en effet atteindre plus d’un million de voitures immatriculées, un doublement de son chiffre d'affaires, et une marge opérationnelle proche des 15%. Quelle ambition !
Les ambitions folles de Dacia d'ici 2030
Par le 21/06/2024

La marque Dacia est en pleine mutation. Pour changer son image low-cost, la marque a notamment totalement revu sa communication en changeant son logo et en se positionnant sur le outdoor, autrement dit, le loisir de plein air.

Elle ne s’arrête pas là, puisque le groupe Renault a de solides ambitions pour elle. Son engagement lors du prochain Dakar avec l’équipe Prodrive en est la parfaite illustration. Dacia n’y va pas pour jouer les places d’honneur quand on voit les pilotes, Sébastien Loeb qui totalise neuf titres de champion en WRC et Nasser Al-Attiyah cinq fois vainqueur de l’épreuve.

Une gamme appelée à s’étoffer

Futur Dacia Bigster
Le futur Dacia Bigster

Dacia a également décidé d’étoffer sa gamme. Jusque là limitée à 4 modèles, avec la Sandero, le Duster, le Jogger et la Spring, la marque va désormais aller bien plus loin. Un SUV plus grand que le nouveau Duster est prévu avec le Bigster qui sera bientôt présenté, ainsi qu’une berline que l’on appelle communément C-Neo. Quant à la Sandero, sa remplaçante devrait être également électrique.

Des volumes et surtout, des marges !

Grâce à cette stratégie, Dacia ambitionne de vendre  jusqu’à 1 million de voitures d’ici 2030 contre plus de 650 000 en 2023 (+14,7% comparé à 2022 qui était déjà en hausse de + 13,2% vs 2021) et de doubler son chiffre d'affaires. Et qu’on se le dise, Dacia ne va pas brader ses modèles pour y arriver, bien au contraire. Dacia ne s’en cache pas, et affiche la couleur dans son communiqué avec  “un modèle économique, à l’origine d’une profitabilité et de rendements élevés”. On sait d’ailleurs qu’actuellement, la marge de Dacia est de l’ordre de 10%. Une profitabilité digne des marques prémiums. Mais cela ne suffit plus à Dacia qui veut atteindre une marge opérationnelle de 15% d’ici 6 ans. La marque vise ainsi les volumes ET les marges.

Pour cela, Dacia va continuer la hausse des prix qui a débuté il y a quelques mois déjà. Dacia fait cependant attention à toujours rester moins chère que ses principales concurrentes, de l’ordre de 15% alors que par le passé c’était plutôt 25%. Une différence notable mais qui ne semble pas tellement décourager les clients, faute d’une marque encore moins chère. 

En effet, bien que les volumes de ventes soient en légère baisse, en réalité elle est surtout le fruit de l’écroulement de la petite électrique Spring, stoppée pendant quelques semaines le temps de la renouveler, et qui a perdu son bonus écologique et qui subit désormais la concurrence de la nouvelle Citroën ëC3. En revanche, malgré la hausse des prix, les autres modèles se vendent aussi bien, si ce n’est mieux. Normal, puisque dans un contexte d’inflation et de baisse du pouvoir d’achat, les clients sont bien obligés de se rabattre sur des modèles moins chers.

C’est là que Dacia les accueille les bras grand ouverts, ce qui permet à la marque d’aller conquérir de nombreux nouveaux clients, qu’elle “pique” donc aux concurrents. En prime, avec la montée en gamme évidente de la marque et un design attirant, Dacia s’est -elle aussi- normalisée, au risque cependant de perdre les clients de la première heure qui étaient fiers d’acheter une voiture basique, simple et donc pas chère. Ce temps là est clairement révolu chez Dacia.


Version Desktop - 1622-1624-12195-planetedacia-y-c-pid-amp0-device-1237576425